Jeu de piste Graine de Courge

Claire Larquemain, nous a écrit un conte de noel que nous avons décliné en jeu de piste. Retrouvez-nous dans la cabane du Père Noel ce mercredi 11 décembre 2019 pour partager un moment unique à la poursuite des énigmes de Graine de Courge.

personnage imaginé par claire Larquemain

Le conte Graine de Courge & la Licorne

Petit vois-tu cette vallée là-bas ?

Là où serpente ce fleuve qu’on appelle La Vire ?

 

Tu vois maintenant ?

Et bien là, se tient une ville. Une ville avec des rues, des remparts, une église cassée, une « tour des pompiers », des écoles, une place pour faire son marché…

 

Cette ville, a presque été entièrement détruite pendant la guerre. Quand on y passe, cela ne laisse pas indifférent tu comprends.

 

Au numéro 437 de la rue Maréchal Juin, se trouvent les derniers bâtiments du Haras National. Après le Haras, commence une très longue avenue, au fil de laquelle s’égrènent des grappes de maisons comme autant de perles sur un collier.

100 mètres, 200 mètres… Puis à 300 mètres du Haras, dans le lotissement sur la gauche, il y a une maison entourée d’un jardin paré de mille ampoules clignotantes. Sur la porte d’entrée est accrochée une couronne, faite de branches de houx, de pommes de pin et de rubans rouges.

 

Dans cette maison comme dans toutes les maisons, il y a un salon, avec des cadres aux murs et des livres sur les étagères, un canapé et une table basse. Ça sent l’odeur des biscuits à la cannelle, du savon de Marseille et du sapin de Noël.

Assise dans le canapé, une petite fille surnommée Graine de Courge à cause de sa très petite taille, regarde à la télévision son programme préféré, un documentaire animalier. Elle serre très fort ses genoux sous son menton et essaie de retenir les grosses larmes qui roulent sur ses joues. Un de ses sanglots alerte sa mère qui abandonne la bûche de Noël qu’elle était en train préparer dans la cuisine. Elle s’assoit près de Graine de Courge et lui demande ce qui l’attriste ainsi.

 

“Ce sont les ours polaires… prononce Graine de courge. Bientôt, il n’y en aura plus…”.

 

Elle pleure.

 

Sa mère sert fort sa petite fille contre elle et lui caresse doucement les cheveux.

 

“Ma chérie, c’est ce soir la nuit de Noël, et si nous pensions plutôt à des choses joyeuses et belles ? lui suggère-t-elle. Dans quelques heures, le Père Noël déposera tes cadeaux…”

 

“Je ne veux pas de cadeaux ! crie soudain Graine de Courge en se dégageant de l’étreinte de sa mère. Je veux, je veux…

Elle se lève et se dirige vers la porte de la maison.

… des ours polaires !”

 

A ces mots, Graine de courge s’élance dans le jardin, puis sur le trottoir de l’avenue et court, court dans la nuit froide et piquante. Elle court longtemps et dépasse le grand mur de briques du Haras et court encore, court, jusqu’à ce que ses petites jambes ne puissent plus la porter.

Sous les réverbères de la rue piétonne, Graine de courge reprend son souffle, les mains appuyées sur ses cuisses. Ses joues sont rouges et brûlantes mais le froid de la ville la traverse de part en part, elle frissonne, elle est partie sans son manteau.

 

“Que fais-tu là ? “ entend-elle souffler dans son dos.

 

Elle sursaute, la ville semble pourtant déserte et elle n’a pas remarqué que quelqu’un l’observait. Malgré la peur, Graine de Courge se tourne vers la voix mais elle ne voit personne. Il n’y a qu’elle et la statue de marbre blanc qui orne la petite place où elle s’est arrêtée.

 

“Une petite fille comme toi ne doit pas être dehors dans la nuit“, reprend la voix.

 

Graine de courge n’en croit pas ses yeux. La licorne de pierre vient de bouger, un des sabots d’une de ses pattes avant claque doucement sur le bitume et l’animal s’approche d’elle, plonge son regard de cristal dans ses yeux mouillés.

 

“Alors ? Que fais-tu là ?

– J’ai… J’ai couru, je suis partie de chez moi parce que je suis triste et en colère…
– Pourquoi es-tu en colère ? demande la licorne
– Parce que les ours polaires vont disparaître de notre terre…
– Et t’enfuir de chez toi pourrait les sauver ?

Graine de courge baisse les yeux sur ses pieds.

 

“Non…”

 

La licorne secoue doucement sa longue crinière d’argent.

 

“Beaucoup d’animaux ont disparu et continueront à disparaître pour des raisons injustes et révoltantes. Mais vois-tu, ces créatures sont quand même toujours là.”

 

Graine de courge hausse les épaules.

 

“Dans tes livres, comme dans tes rêves… Dinosaures, dodos, aurochs, mais aussi dragons ou licornes : nous n’avons pas complètement disparu !

– Je ne comprends pas.

– Tu vois cette corne au milieu de mon front ?

– Oui

– Tu vas l’attraper et la ramener chez toi. Il est temps que tu retrouves ta maman.”

 

Graine de courge s’exécute, saisit la corne avant que la licorne retrouve son apparence de statue. Puis elle rentre chez elle au grand soulagement de sa mère.

Posée sur une des étagères de sa chambre, la corne lui rappelle chaque jour que tant d’animaux disparus peuplent toujours sa vie. Les nuits de Noël, ils quittent étrangement les pages de ses livres, les feuilles de ses dessins et les décors de ses rêves pour danser ensemble sur les murs de sa chambre, dans la plus belle des rondes.

Où trouver les aventures de Graine de Courge ?

Le tout premier volet de Graine de Courge est à découvrir à la médiathèque de Saint-Lô : exposition du conte illustré du 16 décembre au 23 janvier. Illustrations ©Théo Simonard.

Qui est Claire Larquemain ?

Originaire de Cherbourg, amoureuse des mots et de la Manche, l’auteure Claire Larquemain vit l’écriture comme autant de possibilités et de liberté d’expression. Elle signe les deux volets du conte Graine de Courge ainsi que le livre Road Trip sur le littoral du Cotentin, sorti aux éditions saint-loises, Big Red One le 1er décembre.
Suivez là sur facebook : https://www.facebook.com/blonde.thinking.on.sundays/