L’Opération 70ème anniversaire du débarquement

1944, les bombardements, la guerre, Saint-Lô meurtri. 70 ans après, Saint-Lô rend hommage à ses habitants, sa ville et à son histoire. Les commerçants Saint-Lois ont donc eux aussi mis à l’honneur cet événement exceptionnel.


Expo quand Saint-lô voulait revivre [TéVi] 28… par TeVi50

 

expo quand saint lo voulait renaitreExposition “Quand Saint-Lô voulait revivre”

C’est le Studio Guézou, et plus précisément, Jérôme Guézou actuel propriétaire qui est à l’initiative de cette démarche. L’exposition qui aura lieu du 18 Avril au 21 Septembre, nous dévoile des images d’une époque où Saint-Lô en quête d’espoir cherchait à se reconstruire.

Au fil de cette balade le long des remparts nous découvrons ou redécouvrons la ville après les bombardements, qui finira par renaître doucement de ses cendres.
Ces 52 clichés qui revisitent l’histoire de la ville appartiennent au grand oncle de Jérôme Guézou, Charles Drucbert, qui lui même était photographe.

Une exposition pleine d’émotion à voir et à revoir !


Des vitrines hautes en couleurs

70-drapeaux-commerces 800x600Tout au long des célébrations pour ce 70ème anniversaire, les commerçants Saint-Lois ont souhaités rendre hommage à leur ville à leur façon.

Pour l’événement, les couleurs militaires ont envahi les vitrines, uniformes, casques et fusils ont remplacés les mannequins habituels. Certains même sont allés plus loin : dans la vitrine du magasin “à côté” c’est une moto d’époque qui a envahi l’espace. A l’entrée de Planet’R c’est une Jeep authentique appartenant à un collectionneur de la Manche qui à fait son apparition ! Certains commerçants, ont même décidé de repeindre leurs vitrines pour l’occasion. Le plus souvent décorées aux couleurs de la France, blanches colombes et parachutistes envahissaient la ville le temps des célébrations !

Enfin, lors de notre grande braderie annuelle, qui était aussi le jour du bal de la libération, beaucoup d’entre eux se sont habillés en tenue d’époque : robes à pois et soquettes pour les filles, bretelles et chapeaux melon pour les garçons.

Un vent nouveau soufflait sur Saint-Lô, qui retombait alors 70 ans en arrière.

Le 18 Juillet, Saint Lô était enfin libéré.